Se connecter avec nous

Santé

Les effets de l’alcool sur le cerveau

Publié

sur

Un homme boit un verre, puis un autre, et en quelques minutes, une merveilleuse sensation de chaleur et de bonne humeur se répand dans tout son corps. Il est vif, sociable et satisfait de lui-même et des autres. Après quelques verres de plus, la disposition agréable est remplacée par le ressentiment, l’impatience et la rage. La coordination des mouvements est manifestement affectée, et l’élocution devient floue et brouillée.

Ces manifestations extérieures de l’ivresse sont la conséquence de l’empoisonnement du cerveau par l’alcool. L’alcool traverse rapidement les membranes biologiques et commence à être absorbé par le sang dans la bouche, puis dans l’estomac et les intestins ; il se déplace ensuite dans tout le corps par la circulation. Le cerveau est largement approvisionné en sang, et l’alcool est rapidement absorbé par les substances lipidiques-grasses.

Dans cet article, vous découvrirez ce qui arrive à votre cerveau lorsque vous buvez de l’alcool.

Les effets de l’alcool sur le cerveau sont différents pour chaque personne en raison de facteurs tels que la taille, la taille, le sexe, l’âge et d’autres facteurs génétiques. Cela dépend aussi de la durée de votre consommation d’alcool et de la fréquence à laquelle vous buvez. L’alcool est un dépresseur, ce qui signifie qu’il ralentit l’activité de votre cerveau.

Wine Poured in Long-stem Glass

La toxicité de l’alcool sur le cerveau

Il est stocké dans les cellules nerveuses (neurones) du cerveau. Il y persiste et exerce sa toxicité jusqu’à ce qu’il soit entièrement oxydé.

L’alcool est souvent considéré comme un stimulant. C’est totalement faux. En fin de compte, l’alcool n’est rien d’autre qu’un poison spécialisé, et son impact sur le système nerveux central n’est pas vivifiant mais déprimant. Dans un état normal, les deux processus opposés d’excitation et d’inhibition, qui sont cruciaux pour une activité neurologique supérieure, sont équilibrés. Cependant, même une quantité modeste d’alcool inhibe les mécanismes d’inhibition interne active, ce qui entraîne arrogance et intempérance.

LIRE  L'appréciation des différentes parties du corps humain

Il a été démontré que l’impact de l’alcool sur le cerveau est exactement proportionnel à sa teneur en sang. En état d’ébriété, l’architecture du cortex cérébral est modifiée, l’activité des centres cérébraux régulateurs du comportement est inhibée, le contrôle rationnel de sa conduite est perdu et l’autocritique diminue. Les mécanismes inhibiteurs du cortex cérébral sont d’autant plus inhibés que le taux d’alcoolémie augmente. Les centres du cortex cérébral sont désorganisés et les régions sous-corticales du cerveau sont libérées de leur effet régulateur.

En cas d’alcoolémie élevée, les centres moteurs du cerveau deviennent moins actifs, notamment le cervelet, et l’individu perd ses repères.

La paralysie se termine par la paralysie des centres du bulbe rachidien, qui sont importants pour des processus essentiels comme la respiration et la circulation sanguine.

Clear Drinking Glass

Les faits les plus évidents de l’alcool sur le cerveau

De nombreuses recherches et observations ont montré que même une seule consommation de boissons alcoolisées à fort degré d’alcoolémie entraîne des dysfonctionnements assez graves, bien que transitoires, de tous les compartiments du cerveau. N’allons pas jusqu’au niveau moléculaire et ne discutons pas des processus les plus complexes qui se déroulent dans les cellules nerveuses affectées par l’alcool (même si ce sont les changements pathologiques du métabolisme d’un neurone qui sont la cause première du désordre de ses fonctions et des fonctions cérébrales en général). Examinons les faits les plus évidents.`

Des sens troublés et diminués

Le phénomène de la diplopie alcoolique (vision double) est bien connu. Combien de blagues et de plaisanteries il y a à son sujet ! Et le cœur du phénomène réside dans le fait que, en raison des effets toxiques de l’alcool sur la région oculomotrice du cerveau, un foyer d’inhibition se crée. Les muscles oculaires se contractent avec moins de force et leur coordination est altérée. Les axes visuels changent l’un par rapport à l’autre, ce qui fait que l’image tombe sur les parties asymétriques de la rétine, entraînant une vision double.

LIRE  L'hidradénite suppurée, parfois appelée mains moites

Après avoir consommé de l’alcool, l’acuité visuelle d’une personne est considérablement réduite et elle a besoin de plus de lumière pour détecter des éléments minuscules. Certains experts comparent l’impact de l’alcool sur la vue à celui des lunettes crépusculaires ou nocturnes.

L’alcool diminue la perception auditive, déforme la sensation du goût, réduit la réceptivité aux indices extérieurs et augmente le nombre d’erreurs dans les exercices d’arithmétique simples.

Effet dévastateur sur la vascularisation cérébrale

L’alcool a un effet dévastateur sur la vascularisation cérébrale. Au début de l’intoxication, les vaisseaux sanguins s’élargissent et le flux sanguin diminue, ce qui entraîne une stagnation cérébrale. Puis, lorsque le sang commence à recueillir les sous-produits dangereux de sa décomposition incomplète en plus de l’alcool, il se produit un spasme sévère, la vasoconstriction. Ainsi, des conséquences dangereuses telles que des attaques cérébrales surviennent souvent en état d’ébriété (en particulier chez les personnes âgées), entraînant une déficience grave, voire la mort.

Les vaisseaux sanguins des alcooliques, en particulier les petites artères et les capillaires, sont tordus et faibles. Cela entraîne de multiples micro-saignements et une diminution de la circulation sanguine. Les neurones privés d’un apport continu en nutriments et en oxygène sont « affamés », ce qui entraîne une léthargie, une incapacité à se concentrer et des maux de tête.

Confident woman standing with wineglass and cigarette

Dégénérescence précoces

Un tel assaut sur les cellules nerveuses du buveur entraîne leur détérioration et leur dégénérescence précoces (dégénérescence) ; on constate une mort cellulaire généralisée. Les fibres nerveuses se détériorent et disparaissent, entraînant la perte de kilomètres de connexions nerveuses. Il est vrai que le cerveau humain compte plus de 10 milliards de neurones, que le tissu nerveux est extrêmement malléable et possède un vaste réservoir de capacités de compensation, et que le tissu nerveux est très adaptable.

LIRE  Nadezhda Suslova : la première femme médecin de Russie

Cependant, il y a des limites à tout. Et quand on sait que, contrairement à tous les autres types de cellules, les cellules nerveuses ne peuvent pas se renouveler et que les « volées d’alcool » les endommagent par milliers, on comprend pourquoi les personnes qui consomment de l’alcool présentent des altérations structurelles du cerveau. Les énormes hémisphères diminuent et deviennent plus petits. Le foramen cérébral devient étroit et bas, tandis que les ventricules augmentent en taille.

Incidence sur les lobes frontaux

Ces phénomènes sont plus évidents dans les lobes frontaux (qui, comme nous le savons, jouent un rôle important dans les processus cognitifs) et le gyrus central. Des altérations organiques sévères ne peuvent qu’avoir un impact sur les fonctions cérébrales. Les buveurs souffrent de privation mentale. Leur inventivité, leur intérêt pour le travail et leur intérêt pour la vie sociale disparaissent. Chez certains individus, ces manifestations sont plus évidentes que chez d’autres. Elles dépendent des caractéristiques spécifiques du système nerveux central et du degré de développement des mécanismes de compensation.

Chez les enfants et les adolescents dont le cerveau est encore en période de développement, par exemple, tous les défauts sont prononcés. L’apparition rapide de l’intoxication et le développement de l’alcoolisme chez les enfants et les adolescents peuvent être attribués à leur sensibilité accrue et à la « vulnérabilité » du cerveau.

Conclusion

Les modifications de la structure du cerveau produites par des années d’abus d’alcool sont généralement permanentes et se poursuivent même après une longue période de sobriété. Si une personne est incapable d’arrêter de boire, des altérations tant biologiques que mentales se développent. La dépendance à l’alcool est la genèse et la cause sous-jacente de nombreux problèmes mentaux, selon la pratique clinique.

Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *