Se connecter avec nous

Santé

Comment le système digestif et la digestion fonctionnent ?

Publié

sur

La cavité buccale est le point de départ du système digestif. Un adulte moyen possède 32 dents. Nos molaires aident à la mastication en décomposant et en écrasant les aliments. Le processus de broyage des aliments dans la bouche améliore la digestion. Il est donc essentiel de mastiquer complètement les aliments pendant le repas. La mastication consiste à déplacer les aliments dans la bouche avec l’aide de la langue, qui contient la majorité des récepteurs du goût. Dans la bouche, trois paires de glandes salivaires et plusieurs petites glandes situées sur la muqueuse buccale libèrent de la salive pour humidifier les aliments. La salive facilite et initie le processus de digestion. Le repas est ensuite acheminé vers le pharynx, l’œsophage et l’estomac.

L’estomac

La plus grande cavité du système digestif, l’estomac, poursuit le processus de digestion des aliments qui a commencé dans la cavité buccale. La zone hypogastrique contient l’estomac. Il possède des parois musculaires bien développées qui créent des rouleaux spécifiques (stomies) à l’entrée et à la sortie de l’estomac pour retenir les aliments. Lorsque les aliments entrent dans l’intestin, la poche gastrique de sortie de l’estomac s’ouvre et les muscles de l’estomac poussent les aliments dans l’intestin.

L’intérieur de l’estomac est recouvert d’une muqueuse contenant plusieurs petites glandes qui produisent le suc gastrique. Les aliments sont exposés à son activité pendant de nombreuses heures après la digestion. Le repas passe ensuite de l’estomac à l’intestin grêle, qui se compose de plusieurs boucles distinctes dans la cavité abdominale.

Le duodénum

À partir de l’estomac, les aliments pénètrent dans le duodénum, qui est la première boucle de l’intestin grêle. Cela est dû à sa petite longueur, qui équivaut généralement à la largeur de douze doigts. Le duodénum est l’ouverture vers le foie et le pancréas, deux énormes glandes. La première produit la bile, tandis que la seconde produit le suc pancréatique. Sous l’influence du suc pancréatique, d’autres étapes de la digestion des aliments se produisent dans le duodénum.

Intestin grêle

La partie de l’intestin grêle située immédiatement après le duodénum s’appelle le jéjunum. L’iléon est la section la plus basse de l’intestin grêle. Un long mésentère renforce les deux sections de l’intestin grêle dans la cavité abdominale. La longueur moyenne de l’intestin grêle est de 5 à 6 mètres. La surface absorbante de la muqueuse de l’intestin grêle est considérablement améliorée par la présence d’un nombre élevé de villosités (2500 par 1 cm2).

La muqueuse de l’intestin grêle possède plusieurs petites glandes qui libèrent le suc intestinal. Le suc intestinal comprend une variété d’enzymes impliquées dans la dernière phase de la digestion des aliments. C’est ici que les résultats de la digestion des aliments sont absorbés dans la circulation sanguine. L’intestin grêle transporte les aliments non digérés vers le gros intestin.

Le côlon

À la jonction de l’intestin grêle et du gros intestin, il existe un rouleau musculaire particulier, la stomie musculaire, qui contrôle le déplacement des restes alimentaires non digérés vers le gros intestin. Dans le côlon, il y a une accumulation de matières alimentaires non digérées qui doivent être éliminées de l’organisme. Au tout début du côlon se trouve un appendice, qui ressemble à un ver. Le rectum est la partie du côlon par laquelle les aliments non digérés sont éliminés du corps.

LIRE  Les blessures des membres supérieurs et de la ceinture scapulaire

Le côlon mesure 1,5 mètre de long et 6 à 7 centimètres de large. Le début du côlon se trouve sur le côté droit de la partie inférieure de l’abdomen. Le gros intestin monte jusqu’au foie avant de descendre sur le côté gauche de l’abdomen.

Le processus de digestion

Qu’est-ce que la digestion exactement ? La digestion est une série de processus physiques et chimiques qui transforment les aliments complexes entrant dans l’organisme en molécules chimiques simples pouvant être digérées.

Décomposition

Les aliments que nous consommons, tels qu’un morceau de viande, de la laitue et du pain, sont soigneusement mastiqués et humidifiés par la salive dans la bouche. Dans la cavité buccale, outre le broyage mécanique, il y a également une transformation chimique : la décomposition des glucides (amidon) en composants plus simples – substances sucrées – sous l’action de l’enzyme salivaire amylase. La matière muqueuse de la salive (mucine) contribue à enrober les particules alimentaires et à les transporter vers l’estomac.

Lorsqu’un aliment est parfumé ou vu, une salivation peut se produire avant de manger (salivation dite réflexe). Lorsque les aliments irritent les récepteurs de la langue et de la muqueuse buccale, elle augmente.

Le repas ingéré est progressivement saturé de suc gastrique. Dans l’estomac, une enzyme appelée pepsine décompose les molécules protéiques très complexes des aliments en molécules plus simples. La pepsine ne peut dégrader les protéines que dans certaines circonstances, notamment à la température du corps et dans un environnement acide. Cet environnement est formé dans l’estomac par l’acide chlorhydrique contenu dans le suc gastrique. Les glandes gastriques créent de l’acide chlorhydrique avant que les aliments n’atteignent l’estomac.

La partie du repas qui n’est pas absorbée par le suc gastrique reste quelque peu alcaline, et les enzymes salivaires continuent à décomposer l’amidon pendant 20 à 30 minutes. Après cette période, le suc gastrique acide imprègne complètement le repas, et les enzymes salivaires cessent de fonctionner.

La pepsine continue à décomposer les protéines tant que les aliments sont présents dans l’estomac.

Les aliments restent dans l’estomac entre 3 et 8 heures. Les repas gras sont très difficiles à digérer. Les protéines et les glucides sont rapidement digérés et éliminés de l’estomac. L’eau sort de l’estomac très rapidement.

Le suc gastrique

Pendant que l’estomac contient les aliments digérés, ses glandes produisent du suc gastrique. Le suc gastrique, comme la salive, peut commencer à être libéré avant la consommation d’aliments, à la vue et à l’odeur des aliments. Une table bien dressée, une présentation exquise des aliments et un environnement émotionnel positif à table favorisent la digestion. Tout cela est essentiel pour la digestion : lorsque les aliments atteignent l’estomac, celui-ci est déjà rempli de liquide digestif, qui commence instantanément à décomposer les molécules alimentaires.

La libération du suc gastrique dépend également des biorythmes des glandes digestives et du moment de la journée où l’individu a l’habitude de manger. Lorsque les aliments pénètrent dans l’estomac, les substances chimiques qu’ils contiennent ont un effet immédiat sur la muqueuse, les glandes et les terminaisons nerveuses de l’estomac. Par conséquent, la production de sucs digestifs est augmentée.

Dans certains troubles, comme la gastrite chronique avec diminution de l’acidité du contenu de l’estomac, la quantité d’acide chlorhydrique dans le suc gastrique est insuffisante. Dans certains cas, les médecins peuvent prescrire la prise d’une solution très diluée d’acide chlorhydrique produite en pharmacie avant les repas, ou des traitements de jus gastrique sur ordonnance qui comprennent à la fois des enzymes et de l’acide chlorhydrique.

LIRE  Les effets de l'alcool sur le cerveau

Le contenu des aliments que nous consommons affecte considérablement la sécrétion gastrique. La consommation d’aliments tels que les cornichons, la soupe aux choux frais et la choucroute, ainsi que la viande cuite, par exemple, produit un volume important de suc. Lorsque l’on consomme du riz ou de la semoule en entrée et en sortie (soupes, bouillies, desserts), on produit moins de suc.

Certains produits chimiques générés dans l’estomac lors de la dégradation des protéines sont absorbés dans le sang via la muqueuse de l’estomac.

La suite du voyage

Grâce aux contractions de sa couche musculaire, la bouillie alimentaire semi-liquide créée dans l’estomac après avoir subi les transformations essentielles s’écoule lentement vers la partie rétrécie de la sortie de l’estomac. Une partie de la bouillie est poussée dans le duodénum, la première portion de l’intestin grêle. Les conduits de sortie du foie et du pancréas s’y déversent. Le suc pancréatique, la bile hépatique et le suc intestinal libérés par les glandes situées dans la paroi du duodénum ont un impact sur la digestion.

Grâce à ces fluides, les éléments alimentaires, notamment les protéines, les lipides et les glucides, sont transformés en composés que l’organisme peut consommer. Le suc pancréatique, qui comprend des enzymes qui dégradent les protéines (trypsine, chimiotrypsine), les lipides (lipase) et les glucides (glucosidase), joue un rôle crucial dans la digestion pré-duodénale (amylase, maltase).

La bile du foie qui atteint le duodénum émulsifie les lipides et active la lipase pour faciliter la digestion des graisses.

Le foie est un organe important situé dans la région supérieure droite de l’abdomen. C’est la plus grosse glande du corps humain. Le foie produit la bile, qui atteint ensuite le duodénum par le canal cholédoque. Une vésicule biliaire est située sur la face inférieure du foie, où la bile s’accumule lorsqu’il n’y a pas de nourriture dans l’intestin. Chaque jour, environ 500 à 700 cc de bile sont produits. Après un repas, la bile nouvellement produite dans le foie et la bile qui s’est accumulée dans la vessie s’écoulent dans le duodénum.

La bile ne dégrade pas les aliments, mais sa fonction est de faciliter la digestion des lipides. Sous l’action de la bile, les lipides sont décomposés en minuscules gouttelettes (émulsification des graisses), qui sont ensuite décomposées plus facilement par les enzymes des fluides digestifs générés par la glande pancréatique et les petites glandes de l’intestin grêle.

Le suc pancréatique est sécrété par le pancréas dans le duodénum. Cette glande est située derrière et sous l’estomac. Une partie du pancréas est fermement reliée au duodénum.

Le duodénum est principalement touché par le suc pancréatique, qui comprend des enzymes qui digèrent tous les types d’aliments. Ainsi, sous l’action du suc protéinase (trypsine), la digestion des protéines en acides aminés hydrosolubles dans l’estomac est essentiellement complète.

La lipase, une autre enzyme, transforme les lipides en glycérol et en acides gras. En présence de l’enzyme pancréatique amylase, l’amidon qui n’a pas été décomposé par la salive est converti en molécules de glucose.

LIRE  Le Dr Anton Pavlovitch Tchekhov

À la température du corps, les enzymes du suc pancréatique ne sont actives que dans un environnement alcalin généré par la bile.

La partie de l’intestin grêle située derrière le duodénum s’appelle le jéjunum. L’iléon est la partie inférieure de l’intestin grêle. La longueur de l’intestin grêle dépasse de trois à quatre fois la taille d’une personne et peut atteindre cinq à six mètres.

La muqueuse de l’intestin grêle comprend un grand nombre de petites glandes qui libèrent des sucs digestifs. Le jus de l’intestin grêle comprend une variété d’enzymes qui terminent la digestion des protéines, des lipides et des glucides qui n’ont pas été suffisamment décomposés par les organes digestifs précédents.

En se contractant et se relâchant continuellement, les muscles de la paroi intestinale mélangent minutieusement les intestins. L’intestin grêle absorbe et assimile les nutriments tels que le glucose, les acides gras et les acides aminés hydrosolubles. Le glucose et les acides aminés dissous dans l’eau sont absorbés directement dans les capillaires sanguins des villosités de l’intestin grêle ; les acides gras traversent les cellules épithéliales des villosités et pénètrent ensuite dans les vaisseaux lymphatiques sous forme de minuscules gouttelettes avant de passer dans la circulation sanguine avec la lymphe.

Enfin, dans l’intestin grêle, le suc pancréatique et les enzymes libérés par les glandes de la paroi intestinale grêle décomposent les produits alimentaires. L’intestin grêle est la principale section du système digestif où se produit l’absorption des aliments (une partie de celle-ci commence déjà dans l’estomac). Dans les troubles associés à un dysfonctionnement de l’intestin grêle et dans certains types d’entérite, l’absorption de ces nutriments est réduite, ce qui entraîne des carences en protéines et en vitamines et une perte de poids.

Certains composés, comme l’alcool, peuvent être absorbés dans l’estomac et même dans la bouche, comme la nitroglycérine. Nous rappelons toutefois que l’intestin grêle est le principal organe d’absorption des produits alimentaires (produits de la dégradation des protéines, des lipides et des glucides).

Les cellules des villosités de l’intestin grêle réalisent un processus très compliqué, dont l’absorption des aliments.

L’intestin grêle passe dans le gros intestin, où les aliments sont encore transformés et où l’eau et les restes de nutriments sont absorbés de manière intensive.

Le microbiote intestinal normal joue un rôle important dans les processus chimiques du gros intestin. Les restes d’aliments non cuits circulent dans le gros intestin pendant environ 12 heures. La majorité de l’eau est absorbée par le sang pendant cette période. Les matières fécales constituées d’aliments non digérés sont poussées vers le rectum. Les matières fécales contiennent une vaste gamme de micro-organismes distincts. Une variété de bactéries vivant et se développant dans le côlon sont nécessaires à l’organisme. Elles aident à la digestion du reste du repas et fournissent à l’organisme les vitamines nécessaires. De plus, ces bactéries limitent la croissance des infections dans le côlon.

Une fois par jour, les intestins doivent être évacués. Des selles régulières sont essentielles pour le bien-être et la santé d’une personne. Une motilité intestinale lente (constipation) est induite par un mode de vie sédentaire et une alimentation déficiente en légumes, fruits, pain de seigle et huile végétale.

Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *